Des pistes de travail

jeudi 23 mai 2013
par  IEN 12e circonscription
popularité : 0%

Activités pédagogiques complémentaires

Les textes dont on peut s’inspirer :
- Loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école
- Circulaire 2013-017 parue au BO n°6 du 7 février 2013
« Les activités pédagogiques complémentaires permettent :
« une aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages, une aide au travail personnel, la mise en œuvre d’une activité prévue par le projet d’école, le cas échéant en lien avec le PEDT. Le volume horaire annuel consacré par chaque enseignant aux activités pédagogiques complémentaires avec les élèves est de 36 heures ».
- Circulaire 2013-036 parue au BO n°12 du 21 mars 2013
« Les activités proposées dans le cadre du projet éducatif territorial ont vocation à s’adresser à tous les enfants. « Elles doivent favoriser le développement personnel de l’enfant, de sa sensibilité et de ses aptitudes intellectuelles et physiques, son épanouissement et son implication dans la vie en collectivité. Elles ne doivent pas se limiter à des activités dites d’éveil, mais prendre encompte l’enfant dans toutes ses dimensions et dans son environnement. Elles doivent rechercher la cohérence et la complémentarité entre elles et avec le projet d’école. Ainsi organisé, le projet éducatif territorial a l’ambition de mieux articuler les différents temps de l’enfant en s’appuyant sur la mobilisation de tous les acteurs impliqués, et de donner une nouvelle cohérence à la journée de l’enfant, afin de contribuer à mettre en place les conditions de sa réussite scolaire et de son épanouissement ».

On peut également s’inspirer des textes plus anciens sur l’aide personnalisée et le projet d’école.

Le projet d’école indique l’organisation des actions et moyens mis en œuvre pour assurer la réussite de tous les élèves.

Le projet d’école :
- « définit les modalités particulières de mise en œuvre des objectifs et des programmes nationaux » 
- « précise pour chaque cycle les actions pédagogiques qui y concourent ainsi que les voies et moyens mis en œuvre pour assurer la réussite de tous les élèves et pour associer les parents ou le représentant légal à cette fin »
- « détermine également les modalités d’évaluation des résultats atteints. » 1
Le projet d’école inclut les modalités de différenciation et d’aide.
- S’agissant de l’aide personnalisée, les textes stipulent que : « L’ensemble des dispositifs retenus est inscrits au projet d’école »
 Le projet d’école inclut les actions sur le temps périscolaire concourant à la mise en œuvre des objectifs nationaux.
- Leprojet d’école « définit les modalités particulières de mise en œuvre des objectifs et des programmes nationaux et précise les activités scolaires et périscolaires qui y concourent. »

Dans le même ordre d’idée, la circulaire sur les études dirigées (1994) assignent trois objectifs :
- objectifs cognitifs (renforcer les activités d’enseignement, apporter à l’élèvs les aides personnalisées dont il a besoin, s’assurer, dans un temps différé, de l’assimilation des connaissances)
- objectifs méthodologiques(favoriser l’apprentissage du travail personnel, offrir un temps privilégié pour le travail autonome, aider à intégrer différentes méthodes de travail et les utiliser à bon escient, apprécier les acquis des élèves et vérifier leurs capacités d’attention, de mémorisation, d’organisation et de réflexion)
- objectifs sociaux (prévenir les risques d’échec, réduire les inégalités provenant des contextes familiaux)

L’ensemble de ces textes permets de tracer les contours de ce que pourront être les activités pédagogiques complémentaires .
Les APC : « Les activités pédagogiques complémentaires permettent :
« une aide aux élèves rencontrant des difficultés dans leurs apprentissages, une aide au travail personnel, la mise en œuvre d’une activité prévue par le projet d’école, le cas échéant en lien avec le PEDT. Le volume horaire annuel consacré par chaque enseignant aux activités pédagogiques complémentaires avec les élèves est de 36 heures ».

On peut aussi s’inspirer de ce qui a déjà été réalisé dans le cadre de l’aide personnalisée. Par exemple, Roland Goigoux avait publié un récapitulatif des aides possibles pouvant être engagées dans le cadre de l’aide personnalisée et les avait classé en 7 familles.

Propositions fondées sur une analyse des difficultés les plus fréquentes
1.Exercer- Il s’agit de donner un temps supplémentaire pour systématiser (travail intensif), automatiser, s’entraîner

2.Réviser- Cela permet de faire le point, de revenir sur ce qu’on a fait, de synthétiser, et même de préparer une évaluation commune

3.Soutenir
- Accompagner / observer l’élève au travail sur les tâches ordinaires, étayer leur réalisation ; verbaliser les objectifs, les contenus et les procédures.
Cette méta-action permet de lever les malentendus sur ce qu’on est en train d’apprendre. Importance du traitement segment par segment des objets didactiques Identifier les habiletés, faire des choix : quelles sont les phases que l’on peut « rejouer ». Ce qui suppose une bonne connaissance des tâches et des habiletés qu’elles requièrent.
Exemple :Dictée à l’adulte
1. Prévoir : définir l’intention et le destinataire
2. Planifier : décider des idées et de leur organisation
3. Enoncer : choisir des mots pour exprimer des idées dans le langage de l’écrit
4. Inscrire : transcrire l’énoncé oral
5. Editer
6. Comprendre le message qui a été utilisé (effets sur le récepteur).
Aide personnalisée possible portant sur la phase 4 : Travailler sur des textes connus (comptines, poésies). La dictée portent sur des textes sus par coeur (élimination des phases 1,2,3,6).

4. Préparer- Travail d’anticipation : Réunir les conditions de la compréhension de la future séance collective (différenciation en amont) . L’objectif est de réduire, pour les élèves en difficulté, la part d’inconnu. Il s’agit de mettre en tension le déficit attentionnel et le déficit de compréhension.
Exemple de travail préparatoire à la lecture : travailler en amont l’identification des mots en précisant le but de cette tâche aux élèves.

5. Revenir en arrière- Reprendre les bases, combler les « lacunes ».
Exemple : difficultés de copie : travailler l’empan, en tenant compte du programme moteur. Bloquer le geste/ verbaliser : ce qu’on va tracer, ce que la maîtresse trace.

6. Compenser- Enseigner des compétences requises mais non enseignées (procédures et stratégies, transversales ou spécifiques)

7. Faire autrement
- Pour certains enfants, on peut enseigner la même chose, autrement (ou par quelqu’un d’autre) »

Une aide au travail personnel : Si la partie "aide ou soutien" était évoquée dans le cadre de l’aide personnalisée, tout un pan du travail préconisé dans celui des études dirigées concernaient le travail en autonomie : cela pouvait concerner :
l’organisation matérielle (dès la maternelle) trouver les outils demandés par les enseignant(e)s et savoir l’utiliser, organiser son dossier, son cahier, ranger le matériel de la classe, son sac, son cartable, apprendre à connaître et à utiliser les outils dont on dispose, classeurs collectifs fiches, manuels cahiers, dictionnaires, ressources de la BCD, informatique, outils géométriques, de calcul ; apprendre à travailler en groupe, apprendre à présenter un travail personnel ou de groupe à un collectif...
les stratégies d’apprentissage pour apprendre, mémoriser, lire des consignes, réviser..
Travailler en autonomie pour s’entraîner, réinvestir, approfondir, effectuer un contrat de travail individuel...

La mise en œuvre d’une activité prévue par le projet d’école : certaines actions des projets d’école comme les défis (rallyes lecture, défis géométriques, défis sciences...) nécessitent un fort investissement en temps et en énergie. Pourquoi ne pas utilser ces APC pour faire réaliser ce type de projets et faire participer par exemple les élèves à l’organisation matérielle et humaine de ces actions.
Il est également possible de monter un projet commun avec les personnes qui interviennent sur les temps périscolaires.


Navigation

Articles de la rubrique

  • Des pistes de travail